L’importance des protéines

L’importance des protéines

Comme les glucides (sucres) et les lipides (graisses), les protéines sont constituées d’hydrogène, d’oxygène et de carbone, mais avec en plus de l’azote, d’où le nom de substance azoté pour les désigner. Autre différence, si elles peuvent jouer un rôle énergétique non négligeable comme les sucres et les graisses, elles répondent en premier lieu aux besoins plastiques du corps humain dont pas un seul tissu n’en renferme. En effet, la protéine ou les protides contribuent à l’édification des os (trame protéique), des muscles (matière contractile), du sang (hémoglobine), des cheveux, des ongles (kératine), mais aussi participent à la formation de certaines hormones, des chromosomes, des enzymes et des autres corps (lutte contre l’infection). Par ailleurs, c’est sur elles que reposent les grandes fonctions organiques, telles que la reproduction, la nutrition et ma croissance. Bref, comme on le voit, les protéines sont de la plus haute importance, autant pour la croissance et l’entretien de la vie que pour le bon fonctionnement des organes vitaux.

La ration alimentaire doit apporter un minimum de protides. Une quantité insuffisante peut provoquer de la faiblesse, une fragilité aux infections ou des troubles de la croissance chez l’enfant. Une carence sévère entraîne un oedème généralisé et dans le cas où elles font entièrement défaut, la mort survient aussi surement que lors du jeune total.

Quels sont les besoins en protéine ?

La plupart des physiologistes s’accordent pour admettre le chiffre moyen de 1 gramme de protéine par jour et par kilo de poids de corps. Toutefois, ce chiffre correspond aux besoins minimums d’un adulte sédentaire. D’autres facteurs doivent être pris en compte, tels que l’âge par exemple. L’enfant et l’adolescent ont des besoins supérieurs pour assurer leur croissance, de même que la femme enceinte ou qui allaite. L’effort physique réclame aussi, une compensation protéique accrue (travailleurs de force, sportifs, culturistes, etc.). C’est pourquoi l’évaluation juste du besoin azoté quotidien personnel doit au moins tenir compte du poids corporel que de la ration calorique gl0bale journalière qui dépend de l’activité physique ou des besoins augmentés momentanés. Sachant que 1 gramme de protides équivaut à 4 calories, la ration jugée normale de protéines doit correspondre à 15 % de l’apport calorique total (glucides 55 %, lipides 30 %). Le sportif ou le culturiste peut aller jusqu’à 18 ou 20 % maximum.

En revanche, absorber plus de protéines que le corps n’en a besoin est inutile. L’organisme ne fait pas de réserves. Les protéines non utilisées immédiatement sont soit détruites, soit utilisées à d’autres fonctions. De plus, la santé peut en pâtir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.